top of page

Peut-on améliorer sa vie en tant que personne souffrant de fibromyalgie ?




Est-ce possible d’améliorer sa vie en tant personne souffrant de fibromyalgie sans faire des changements de « mode de vie » ?

Premièrement, il faudrait bien comprendre ce que signifie « mode de vie (1) ou habitude de vie(2) ». Voici 2 définitions simples et adéquates :

Façon de vivre d’un individu ou d’un groupe de personnes qui se définit par certaines caractéristiques économiques, sociales, (1)

Manière ordinaire, habituelle d’agir, de penser, de sentir, propre à quelqu’un ou à un groupe de personnes. (2)

Il est important de comprendre que nos habitudes de vies, notre hygiène de vie, nos relations, notre état de santé émotionnel et physique ainsi que notre alimentation font de nous ce que nous sommes aujourd’hui ! C’est la réalité de notre quotidien vécu !


Qu’est-ce qui est le plus important : prendre conscience de notre mode de vie ou de ce qu’on choisit de faire aujourd’hui ?

En fait, les deux sont tous aussi importants. Ce n’est que lorsqu’on prend conscience de notre mode de vie que l’on peut commencer à vivre des changements de vie. La prise de conscience nous aidera à vivre une meilleure version de nous-mêmes dans toutes les sphères de notre vie, incluant la maladie ainsi que notre alimentation.

Dans ma vie personnelle, en tant que femme souffrant de maladies auto-immunes et de la fibromyalgie, ainsi que selon mon expérience auprès de mes clients, j’ai observé que sans prise de conscience de notre mode de vie, il n’y a pas ou peu de résultats durables.

Donc, OUI des changements dans notre façon de vivre, de manger, de penser, etc., sont nécessaires pour voir une amélioration notable des symptômes de notre maladie et même voir celle-ci être renversée.


Cependant, lorsqu’on entreprend de faire de tels changements, il peut s’avérer parfois compliqué et difficile d’intégrer certaines nouvelles façons de faire et de penser. De là l’importance de trouver une personne qualifiée et certifiée dans le domaine de notre maladie.

Comme je suis coach nutritionnelle spécialisée en fibromyalgie et en colopathie ainsi qu’experte en alimentation anti-inflammatoire, une des premières choses que je recommande, c’est de débuter par l’alimentation.

En effet, tout ce qu’on mange agit sur le corps et a un effet sur celui-ci, que ce soit d’une façon positive ou pour lui nuire et l’endommager. Selon ce que l’on mange, notre corps répondra et réagira en conséquence.

Pourquoi mangeons-nous, et pourquoi faut-il mieux manger ?

Le but premier de s’alimenter n’est pas simplement pour plaire à nos papilles gustatives (bien que cela soit important et agréable), mais c’est avant tout pour nourrir le corps et remplir les besoins essentiels de l’ensemble de nos cellules. C’est en partie ce qui nous donne de l’énergie et de la vitalité !

Pour bien fonctionner et afin de maintenir une bonne santé, le corps a besoin d’éléments nutritifs essentiels pour toutes ses fonctions et c’est de cette façon que l’organisme peut jouer son rôle et bien remplir ses fonctions.

Où retrouvons-nous ces éléments nutritifs ?

Nous les retrouvons dans les glucides, les lipides, les protéines, les vitamines, les minéraux ainsi que dans l’eau. Lorsqu’on fournit à notre corps une nutrition adéquate, cela signifie que notre corps reçoit les aliments essentiels pour la santé de notre organisme. Il est important

alors de combler nos besoins nutritifs adéquatement avec des aliments vivants et possédant une grande valeur nutritive.

J’aime enseigner à mes clients l’importance de bien se nourrir et le pourquoi. Premièrement parce que cela aide à comprendre le but de bien se nourrir et deuxièmement parce que lorsque l’on en comprend la raison, on peut ensuite intégrer et appliquer ces changements.

Nos modes de vie ou nos habitudes nous affectent dans toutes les sphères de nos vies incluant la maladie, et ce, incluant aussi évidemment la fibromyalgie.

« Selon les résultats d’une étude, l’AIP (Protocol autoimmune) peut diminuer l’inflammation systémique et moduler le système immunitaire. » (3)

Bien sûr, on nous propose beaucoup d’options afin de réduire nos douleurs et d’arrêter la progression de la maladie, qu’elle soit auto-immune ou non. Pourtant, ne serait-il pas plus important, voire même essentiel, de parler plus amplement d’une alimentation riche en nutriments ?

Par contre, un bémol s’impose ici puisqu’il est primordial de considérer la bio‑identité de la personne afin de pouvoir ajuster et modifier adéquatement un protocole pour un individu, lorsque nécessaire. Le protocole AIP constitue une base solide pour commencer un tel protocole. Par la suite, il est fort possible que des ajustements soient nécessaires, tels qu’apprendre à manger plus d’aliments qui sont anti-inflammatoires afin d’aider à réduire l’inflammation et les douleurs.

Dre Sarah Ballantyne nous dit ceci :

« L’alimentation et les apports nutritionnels ont un impact considérable sur la fonction immunitaire, la résistance aux infections et l’auto-immunité. Les nutriments augmentent ou, au contraire, diminuent l’activité du système immunitaire, les effets variant selon les nutriments, la quantité consommée et la quantité absorbée par votre organisme. » (4)

Donc, si tu souffres de fibromyalgie, de maladies auto-immunes, de douleur chronique, etc., tu te dois d’au moins essayer de faire des changements de mode de vie qui s’imposent ainsi dans ton alimentation.

Finalement, on doit apprendre à manger de façon à s’intoxiquer le moins possible, à réduire nos douleurs, à diminuer l’inflammation, à avoir plus de vitalité et afin de s’assurer d’avoir des éléments nutritifs dans notre assiette. Voilà ce qu’est un changement de « mode de vie » qui te mènera plus près d’une façon de vivre autrement la fibromyalgie, en ayant moins de douleurs et plus de vitalité.

« Il est ironique que la nutrition soit une faible priorité pour la médecine traditionnelle, car 80 % des maladies chroniques les plus courantes (maladies cardiaques, cancers, maladies auto-immunes et diabète) sont presque toujours évitables et réversibles avec de bons choix de mode de vie sain.5 »

Traduction libre

Voici une citation de la Dre Sarah Ballantyne qui en dit long :

« Adopter le mode d’alimentation que je vous propose peut apporter une rémission dans la maladie. Au sens strict, ce terme désigne “une diminution de la gravité ou de l’intensité de la maladie ou de la douleur ; une récupération temporaire”.

Même si cette définition comprend le mot “temporaire”, une alimentation adaptée et un changement de mode de vie pourraient vous permettre d’être en rémission de façon durable, voire pour le restant de vos jours! » (6)

Alors, êtes-vous prêt à ajuster votre alimentation et à regarder de plus près ce qui est réellement le plus bénéfique pour vous ?


Si oui, ceci sera le début d’un changement d’habitudes alimentaires qui changeront du tout au tout votre vie, la maladie, et bien plus encore.












Article écrit par Anne L Beaulieu, coach nutritionnel spécialisée en fibromyalgie et intestins irritables. Experte en alimentation anti-inflammatoire



1. https://www.linternaute.fr/dictionnaire/fr/definition/mode-de-vie/


2. https://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/habitude/38783


3. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC6592837/

4. Ballantyne, Sarah. « Les Régimes Alimentaires Pauvres En Nutriments. » Objectif Santé Immunitaire, Marabout, Vanves, 2021, pp. 114–114.


5. Cole, Will, and Eve Adamson. “The Age of Inflammation.” The Inflammation Spectrum: Find Your Food Triggers and Reset Your System, Avery, New York, 2019, pp. 5–5.

6 Ballantyne, Sarah. “Les Premiers Pas.” Objectif Santé Immunitaire, Marabout, Vanves, 2021, pp. 425–425.


Comments


bottom of page